"Bahdjat an-Noufous" de S. Benbabaali et Beihdja ou l'écriture et la musique au service du patrimoine andalou

Publié le par Adab arabi

couv-Beihdja--noir-.jpg

 

Aps 26/11/10]  ALGER - Le livre "La joie des âmes dans la splendeur des paradis andalous", fruit d'une collaboration entre l'écrivain Saadane Benbabaali et l'interprète de musique andalouse Beihdja Rahal, se veut un périple poético-musical dans l'univers floral présent dans les azdjâl de la nawba maghrébo-andalouse. Cette nouvelle publication, abordant le thème de "l'amour, la femme et les jardins dans la poésie andalouse", vient conforter le travail entamé par le duo Rahal-Benbabaali dans la sauvegarde, la préservation et la transmission du patrimoine musical andalou, après un premier livre paru en 2008 sous le titre "La plume, la voix et le plectre". L'ouvrage, édité par l'Agence nationale d'édition et de publicité (ANEP), consacre sa majeure partie à la place de la femme dans la poésie andalouse et sa relation métaphorique avec la beauté féerique de la nature, précisément celle des jardins d'antan, dans lesquels se mêlaient toutes sortes de fleurs exhalant leurs senteurs.

 

-bahdjat.jpg

 


Le livre offre au lecteur, sur une trois cents pages accompagnées d'un CD-audio live et du DVD d'un concert donné par Beihdja Rahal à l'Institut du monde arabe à Paris en février 2010, "une étude approfondie du thème choisi qui offrira que

 

lques clés de lecture d'une poésie souvent mal comprise", écrit en préambule Saâdane Benbabaali. "Il offre également une traduction en français des poèmes appartenant au thème floral avec plus de cinquante pièces dans leur versions complètes. Ainsi cet ouvrage est, de tous les recueils de chansons andalouses, celui qui réunit le plus grand nombre de pièces traduites", souligne-t-il.

 

 

"Le concept d'un livre comprenant un CD audio et un DVD est né d'une réflexion commune avec Saâdane Benbabaali et Nadji Hamma il y a près de 3 ans. L'idée était de répondre à un besoin réel de compréhension ressenti auprès de la plupart de ceux qui s'intéressent à mon travail musical", explique, pour sa part, l'artiste Beihdja Rahal.

"La rencontre avec Saâdane Benbabaali, qui est spécialiste de l'histoire et de la littérature andalouses, m'a permis depuis de longues années d'améliorer la qualité du livret qui accompagne mes albums. Après avoir défini les textes à chanter, je les soumets à sa critique et à son analyse en tant que professeur de poésie arabe", confie-t-elle à l'APS.

 

 

 

Une nouvelle étape avec un produit pédagogique plus élaboré

 

 

Pour Beihdja Rahal, cette dame aux 19 albums tous consacrés à la nawba andalouse, l'idée de concevoir des ouvrages de ce genre trouve son origine dans le désir de franchir une nouvelle étape dans la transmission et la protection du patrimoine poético-musical andalou à travers un produit pédagogique plus élaboré, outre la méthode d'enseignement dans des associations spécialisées. "En tant qu'écrivain, Saâdane Benbabaali m'a proposé de mettre ses compétences au service de la musique arabo-andalouse. Grâce à ses traductions, tous les amateurs de poésie andalouse qui ont des difficultés à comprendre les chansons en arabe vont pouvoir enfin accéder non seulement à leur sens mais également à leur valeur poétique", se félicite l'artiste.

19-juillet-2009--36--Bis.jpg

Entre ses anciens albums et les deux livres publiés, M. Benbabaali a déjà donné la traduction de plus de deux cents poèmes andalous sur les 600 à 650 qui composent le corpus intégral connu à ce jour, dit-elle, précisant que le choix des thèmes des livres est commun. "Le choix du thème est commun, ensuite chacun s'occupe de sa spécialité, lui de l'écriture, l'analyse et la traduction, moi de la musique, l'enregistrement et les concerts. Pour résumer, il est la plume et je suis la voix, tandis que Nadji Hamma est le plectre, d'où le titre du premier livre", précise encore Beihdja qui donne des cours de musique andalouse pour enfants depuis dix ans à Paris.

"Je voudrais souligner le bonheur que nous avons de transmettre, lui par l'écriture et moi par le chant, les trésors d'un répertoire dont nous sommes les dépositaires parmi tant d'autres artistes et poètes", relève l'artiste, dont le désir de protéger la musique andalouse de l'oubli l'a poussée à fonder, en début d'année, l'association "Rythmeharmonie" qui dispense des cours de chant et de musique aux adultes en attendant l'ouverture d'ateliers pour enfants.

[Aps   26/11/10]

Publié dans poèmes andalous

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article