Concert de Larinouna (2e partie)

Publié le par Adab arabi

 

 

 

1er chant: Yâ man sakan Sadri


Toi  qui réside au fond de mon coeur,
Tu m’as envoûté et tu as ravi mon esprit
Ah si tu savais ce que j’endure 

à cause de mon amour pour toi,

Je ne sais plus que faire

Et mon corps n'est plus qu'une ombre
La nuit, pour moi, est devenue le jour

Tu as interdit le sommeil à mes prunelles

Mais que t’importent mes reproches

Tu qui es si loin et m'as abandonné.

Traduction Saadane Benbabaali

 

2e chant: Fâraqûnî


Reviendront-ils un jour  ceux qui m’ont abandonné,?
Je n’ai plus aucun espoir de les retrouver.
Il aurait mieux valu qu’ils partent sans un mot d’adieu !
Nous avons été séparés par un décret du Destin ;
Sans cette douleur qui me tenaille
Je n’aurai point crié : aah !

Seigneurs, ma passion pour vous augmente de jour en jour
Répondez donc à mon amour, des fers ardents brûlent mon corps ;
Faites donc de moi l’un de vos esclaves !
Dieu seul donnera la patience à ce cœur qu’il a mis  à l’épreuve !
Sans cette douleur qui me tenaille
Je n’aurai point crié : aah !

Seigneurs, mon esprit s’anéantit de jour en jour
Cette séparation, jamais je ne l’ai voulue ;
Je suis patient et accepte tout ce qu’il décidera
Comment pourrais-je l’oublier ?
Mon cœur en est incapable !
Sans cette douleur qui me tenaille
Je n’aurai point crié : aah !


Traduction Saadane Benbabaali


3e chant:Yâ Mouqâbil
يا مقابل صبري ارتحل عني     و غرامي مقيم على حاله
اللي نهواه صار ينتقم مني      دون جناية و نساني من باله
الله يجمع شملي بنور عيني      و رقيبي ننكيه و عذاله

سعدي استقام يا فرحمي      حبي جالس في حضرتي
البشارة نقيم لحبي حضرة     و رقيبي بايت على برا

Ami, je n'en peux plus d'attendre et mon amour est toujours aussi tyrannique.
Celle que j'aime me tourmente sans raison et me bannit de ses pensées.
Puisse Dieu me réunir à celle qui est la lumière de mes yeux
au grand dam des envieux et des importuns.
Ô ma joie en ce jour! Mon bonheur est assuré, mon bien-aimé est là, en ma présence.
Je célèbre une fête en cette heureuse occasion et j'exclus tous ceux qui nous envient.
Traduction : Kamel Malti

Publié dans poèmes andalous

Commenter cet article

Nawras 26/08/2011 16:34


J'ai toujours pensé que traduire un poème (ou même un texte) arabe est une tache fastidieuse ! Ma propre expérience en témoigne :
http://brokenheart-univers.blogspot.com/2010/09/traduction-francaise-de-mon-texte.html