Ibn al-Khatîb:موشحة لسان الدين بن الخطيب djâda-ka al-ghaythu,

Publié le par litterature.arabe.adab.over-blog.com

Un extrait du poème chanté par Fairouz

que vous pouvez écouter tout en lisant l'article. 

 

 

Palais du Partal, Alhambra, Grenade



Nous proposons ci-après quelques commentaires et des extraits de traduction de la célèbre
muwashshaha d' Ibn al-Khatîb présentés lors du 1er Colloque sur Ibn al-Khatib à Loja (Espagne) et publiés en 2007 dans les Actes de ce même Colloque.

Dans sa célèbre muwashshaha, Ibn al-Khatîb associe des passages relevant de genres différents

  • rawdiyya (poésie florale),
  • khamriyya (poésie bachique),
  • et ikhwâniyyât (amitié virile)-

La muwashshaha s’ouvre sur un prélude amoureux assez long. L’amant y exprime sa souffrance et ses regrets d’une période heureuse, aujourd’hui révolue :


لم يكن وصلك إلا حلـما ***** في الكرى خلسة المختـلس

“Djâda-ka al-ghaythu idhâ al-ghaythu hamâ
yâ zamâna al-wasli bi-l-Andalusi
lam yakun waslu-ki illâ hulumâ
fî-l-karâ aw khulsati l-mukhtalisi”

“ Ô temps de nos amours en terre d’al-Andalus
que la pluie qui tombe te soit bénéfique
Nos amours de jadis ne sont plus qu’un rêve évanescent
Éphémère comme l’instant que l’on ravit furtivement.”
جادك الغيث إذا الغيث هما ***** يا زمان الوصل بالأندلـس

إذ يقود الدهر أشتات اللمى ***** ينقل الخطو على ما يرسـم
زمـرا بين فـرادى وثنـا ***** مثلما يدعو الوفود الموسـم
والحيا قد جلل الروض سنا ***** فثغور الزهـر منـه تبسـم

وروى النعمان عن ماء السما*****كيف يروي مالك عن أنـس
فكساه الحسن ثوبـا معلمـا *****يـزدهي منه بـأبهى ملبـس

 

http://www.youtube.com/watch?v=3CcqgGwwyAg


في ليال كتمت سـر الهـوى*****بالدجى لولا شمـوس الغرر
مال نجم الكأس فيها وهـوى***** مستقيم السير سعـد الأثر
وطر ما فيه من عيب سـوى *****أنـه مـرّ كلمـح البصـر

“Fî layâlin katamat sirra l-hawâ bi-l-dudjâ law-lâ shumûsa l-ghurari
Mâla nadjmu l-ka’si fî-hâ wa-hawâ mustaqîma al-sayri sa‘da al-athari
Watarun mâ fî-hi min ‘aybin siwâ anna-hû marra ka-lamhi al-basari”

“Les nuits auraient couvert le secret de nos amours
du voile de leur obscurité
si les fronts des belles semblables à des soleils
ne l’avaient révélé par leur clarté.
Les étoiles de nos coupes s’inclinèrent […]
Moments de désir qui n’ont d’autre défaut
Que celui d’être passés aussi vite qu’un clin d’œil


حين لذ الأنس شيئا أو كما*****هجم الصبح هجوم الحرس
غارت الشهب بنا أو ربمـا *****أثرت فينا عيون النـرجس

À l’instant même où nous goûtions le plaisir d’être unis
Le matin tomba sur nous comme une armée en furie
Et les étoiles filantes sur nous fondirent
À moins que ce ne furent les yeux des narcisses qui nous affectèrent.”


Palais du Généralife, Grenade

Mais le poète sait aussi changer de ton et magnifier l’amour et la nature. Celle-ci n’est pas seulement un élément décoratif. Personnifiée, elle est prise à témoin et participe à la joie des amants. La troisième strophe donne à voir une petite scène très banale –des couples d’amants dans un jardin parsemé de roses où coule un ruisseau- mais qu’Ibn al-Khatîb anime avec humour et délicatesse :

أي شيء لامرىء قد خلصا *****فيكون الروض قد مكن فيه
تنهب الأزهار منه الفرصا *****أمنت من مكـره ما تتقيـه
فإذا المـاء تناجى والحصى *****وخـلا كل خليـل بأخيه

تبصر الورد غيـورا برمـا *****يكتسي من غيظه ما يكتسي
وترى الآس لبيبـا فهمـا *****يسـرق السمـع بأذني فرس

“ fa-idhâ al-mâ’u tanâdjâ wa-l-hasâ wa-khalâ kullu khalîlin bi-akhî-hi
tubsiru al-warda ghayûran barimâ yaktasî min ghaydi-hi mâ yaktasî
wa-tarâ al-âsa labîban fahimâ yasriqu al-sam‘a bi-udhunayy farasi”

“ Alors que l’eau du ruisseau conversait en toute intimité avec les galets
chaque amant se retira avec sa bien-aimée
Tu verrais alors comment les roses mécontentes et jalouses
Se couvraient comme elles pouvaient pour cacher leur dépit
Et le myrte, compréhensif, intelligent et raffiné
prêtait son oreille si fine aux confidences des amoureux”

Jardins de l'Alcazar, Séville

Ce sentiment de nostalgie et la conscience du temps qui passe imprègnent tout le poème. Le poète y réaffirme sa fidélité et réclame en vain le retour des moments de plaisir partagé jadis avec des compagnons. C’est sans doute cet aspect qui est la raison de la célébrité de cette muwashshaha. Un poignant cri de douleur d’exilé et d’amant abandonné donne à la quatrième strophe une dimension tragique :

ياأهيل الحي من وادي الغضا*****وبقـلبي سكـن أنتـم بـه
ضاق عن وجدي بكم رحب الفضا*****لا أبـالي شـرقه من غربـه
فأعيدوا عهد أنس قد مضى *****تعتقـوا عانيـكم من كربـه

“ Yâ uhayla al-hayyi min Wâdi al-Ghadâ wa-bi-qalbî maskanun antum bi-hi
dâqa ‘an wajdî bi-kum rahbu al-fadâ lâ ubâlî sharqa-hu min gharbi-hi
fa-a‘îdû ‘ahda unsin qad madâ tu‘tiqû ‘âniyakum min karbi-hi”
“Chers compatriotes de la vallée de Ghadâ
Mon cœur est une demeure où vous résidez
Ma peine m’a rendu étroit le vaste univers
Je n’en distingue ni son Orient ni son Occident
Rendez-moi le temps révolu d’une intime compagnie
Et vous libérerez de ses tourments un être affligé
Craignez Dieu et redonnez vie à un amant passionné
Qui se meurt et se consume souffle après souffle”

واتقـوا الله وأحيوا مغرما*****يتـلاشى نفسـا في نفـس
حبس القلب عليكم كرما *****أفتـرضون عفـاء الحبـس

وبقـلبي منكم مقتـرب *****بأحـاديث المنى وهو بعيـد
قمر أطلـع منه المغـرب *****شقوة المغرى به وهو سعيـد
قد تساوى محسن أو مذنب*****في هواه بين وعـد ووعيـد

ساحر المقلة معسول اللمى *****جال في النفس مجـال النفس
سـدد السهم وسمى ورمى *****ففؤداي نهـبـة المـفتـرس

"Dieu est Beau et Il aime la beauté"

Il exprime une conception du fin amor où l’amant accepte les sentences les plus injustes de sa bien-aimée. Ibn al-Khatîb, homme de pouvoir dans la réalité met en scène dans sa fiction poétique un amant totalement soumis. Cet amour que l’on nomme “ courtois ” a pris naissance en Espagne avant d’être repris par les troubadours occitans notamment. La sixième strophe est un résumé du credo des amants courtois d’al-Andalus :

أن يكن جار وخاب الأمل*****وفؤاد الصب بالشوق يذوب
فهو للنـفس حبيـب أول *****ليس في الحب لمحبوب ذنوب
أمـره معـتمـل ممتثـل *****في ضلوع قد براها وقلـوب


“In yakun djâra wa-khâba al-amalu wa-fu’âdu al-sabbi bi-l-shawqî yadhûbu
fa-hwa li-n-nafsi habîbun awwalu laysa fî-l-hubbi li-mahbûbin dhunûbu
amra-hu mu‘tamalun mumtathalu fî dulû‘in qad barâ-hâ wa-qulûbu…”

“Même s’il est injuste et déçoit l’espoir
d’un amoureux dont le cœur est consumé
il restera pour moi l’ami que je préfère
point de péché en amour, pour le bien-aimé
ses désirs sont des ordres et doivent être exécutés
par les poitrines et les cœurs qu’il a enchaînés.”

حكم اللحظ بها فاحتكمـا *****لم يراقب في ضعاف الأنفـس
منصـف المظلوم ممن ظـلما *****ومجازي البر منهـا والمسـي

ما لقـلبي كلما هبت صبـا*****عاده عيد من الشوق جديـد
كان في اللـوح له مكتتبـا*****قوله : " إن عـذابي لشديـد "
جـلب الهـم له والوصبـا *****فهو للأشجان في جهد جهيـد

لاعج في أضلعي قد أضـرما*****فهي نار في هشيـم اليبـس
لم يدع في مهجي إلا ذمـا *****كبقـاء الصبح بعد الغـلس

"La Gloire n'appartient qu'à Dieu", Inscription, Alhambra, Grenade

Le mouvement soufi, dont les représentants les plus prestigieux en Occident musulman furent Ibn ‘Arabî (Murcie1165-Damas 1240) ou al-Shushtarî (1203 ?-1269), eut recours au muwashshah et au zadjal. Ces deux genres de poésie en furent profondément marqués. L’influence du soufisme peut être observée chez Ibn al-Khatîb qui exprime dans les trois dernières strophes un profond repentir et un retour sincère vers Dieu :
سلمى يا نفس في حكم القضا*****واعمري الوقت برجعى ومتاب

دعك من ذكري زمان قد مضى*****بين عتـبى قد تقضت وعتـاب

واصرفي القول إلى المولى الرضى *****ملهم التـوفيق في أم الكتـاب
الكـريم المنتـهى والمنتـمى *****أسد السـرج وبـدر المجلـس
ينزل النصـر عليه مثـلمـا *****ينزل الـوحي بـروح القـدس

Soumets-toi, ô mon âme, à la volonté du Destin
et mets à profit ce qu’il te reste à vivre pour te repentir.

Cesse d’évoquer une période aujourd’hui révolue,
Passée entre reproches et réprimandes ;

Adresse-toi maintenant au Seigneur, Maître de l’agrément
Qui, dans le Livre Suprême, inspire et guide vers la voie du succès.


Publié dans poèmes andalous

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article