Mezghena à l'IMA le Vendredi 26 Novembre 2010

Publié le par Adab arabi

-mezeghena.jpg

Programme

I. Nouba Mezmoum
1. Touchia (ouverture instrumentale)
2. M'saddar : yâ man sakan sadrî
3. Btayhi : Bâkir ilâ
4. Istikhbâr : improvisation dans le mode mezmoum
5. Dardj : Li-Lâhi mâ as'aba ar-rahîl
6. Insirâf 1 : kam lî fî al-'ashiyya
7. Insirâf  2 : Fâraqounî
8. Insirâf 3 : Qoum yassir lanâ al qit'ân
9. Khlâs 1 : Yâ rouhî wa yâ rayhânî
10. Khlâs 2 : Yâ mouqâbil
11. Khlâs 3 : Mâ kountou adrî


II Nouba Inqilâbât
1. 'Arâq : Lî habîboun
2. Raml Mâya : yâ qalbî khalli al-hâl
3. Zidân : anâ qa kâna lî khalîl
4. Djarka : Hal saqatnî ar-râha
5. Sîka : al-qad al-ladhî sabânî
6. Sikâ 2 : anâ al-ladhî bi-yâ
7. Mezmoum : touwayyarî mesrâr
8. Mouwâl : zâranî al malîh
9. Khlâssât


TRADUCTIONS

Nouba Mezmoum

2. M'saddar : yâ man sakan sadrî
Toi  dont l’amour emplit mon coeur,
Tu as ensorcelé mon corps et  mon âme.
Ah si tu savais ce que j’endure à cause de cet amour,
Perplexe, je ne sais plus que faire
Et mon corps n'est plus qu'une ombre;
La nuit, pour moi, est devenue le jour
puisque tu as interdit le sommeil à mes yeux
Mais tu es sourd à la plainte
De celui dont tu t'es éloigné!

3. Btayhi : Bâkir ilâ shâdinin

Commence ta journée auprès d’un faon charmant, une coupe à la main!
Car pour guérir de ton chagrin, il n’y a pas meilleur remède que le vin !
Buvons à la rose et au myrte qui embellissent la joue de la bien-aimée.

Ô compagnon, je te trouve dégrisé,
Au vin et à l’amour aurais-tu renoncé ?
Ne vois-tu pas les troupes du matin
Fondre sur les armées de la nuit ?
Vois comme les bourgeons ont le sourire aux lèvres,
Alors que les nuages répandent leurs larmes !
La colombe m’a tiré de mon sommeil profond,
Dès que l’aube a lancé ses premiers rayons, 
Le jardin est fier de son nouvel habit de myrte et de fleurs de grenadier ;
Buvons à la rose et au myrte qui embellissent la joue de la bien-aimée.


6. Insirâf 1 : kam lî fî al-mashiyya
Combien de fois, le cœur gai,
J’ai goûté au bonheur que le Destin m’a accordé !
J’ai passé tant de soirées
Dans ce jardin resplendissant  avec ma bien-aimée !
Ah ! Ces douces et tendres soirées !

Des soirées où nos cœurs étaient unis
Qui me reviennent à l’esprit aujourd’hui,
Dans ce jardin qui respire la joie et la gaieté,
Raffiné, sublime et tout en beauté ;
Le soleil rougeoyant vers le couchant déclinait,
Tel un disque d’or dans une coupe de cristal.
Les oiseaux lançaient leurs chants
Alors que le luth majestueux résonnait,
Des touchias que jouait ma bien-aimée ;
Dans les allées du jardin, le bonheur nous inondait.
Les norias, bavardes, tournaient
Et sur le tapis verdoyant, leur eau se déversait ;
Les canaux, grimpant par-ci, dévalant par-là
Répandaient leurs eaux avec générosité.
J’ai passé tant de soirées
Dans ce jardin resplendissant  avec ma bien-aimée !
Ah ! Ces douces et tendres soirées !


7. Insirâf  2 : Fâraqounî
Reviendront-ils un jour  ceux qui m’ont abandonné,?
Je n’ai plus aucun espoir de les retrouver.
Il aurait mieux valu qu’ils partent sans un mot d’adieu !
Nous avons été séparés par un décret du Destin ;
Sans cette douleur qui me tenaille
Je n’aurai point crié : aah !

Seigneurs, ma passion pour vous augmente de jour en jour
Répondez donc à mon amour, des fers ardents brûlent mon corps ;
Faites donc de moi l’un de vos esclaves !
Dieu seul donnera la patience à ce cœur qu’il a mis  à l’épreuve !
Sans cette douleur qui me tenaille
Je n’aurai point crié : aah !
(...)


II Nouba Inqilâbât

1. 'Arâq : Lî habîboun

Celle que j’aime m’a ouvert son cœur
Après la séparation et l’éloignement ;
De honte, la lune s’est cachée
Et ma belle est apparue comme un astre
Ses joues sont roses, ses cheveux bouclées
Et sa salive est plus douce que le miel
Que Dieu, qui a façonné ta superbe taille,
Te protège, ô mon adolescente !
Quand donc boirai-je dans ta coupe
Loin du regard de l’espion jaloux ?

Sans rancune, en amante fidèle
Elle m’a ouvert son cœur et a permis notre union.

2. Raml Mâya : yâ qalbî khalli al-hâl

Mon amour ! Laisse venir les évènements comme bon leur semble
N’écoute pas les médisances et reste vigilant
Patience, car on ne peut récolter que ce que l’on a semé ;
La consolation de Dieu est proche
C’est lui qui nous réserve mélancolie et joie.
Le destin est tracé et celui du Tout-Puissant est inévitable
Accorde-moi ta patience car la peine n’est qu’éphémère
Ainsi est faire la vie : tantôt promu, tantôt destitué.
trad. C. Krieger

4. Djarka : Hal saqatnî ar-râha

Sont-ce tes yeux qui m’ont servi à boire
Ou est-ce ton visage qui a ravi mon esprit ?
Le charme et la beauté m'habitent dès je te vois!
Tu troubles le cœur de ceux qui t’admirent!
Gloire à Celui qui t’a conçu tel un astre !
C’est toi qui donnes au jardin sa beauté
Et à l’eau qui y coule sa couleur argentée ;
C’est toi qui as appris aux narcisses à baisser les yeux
Et qui as donné leur sourire  aux jasmins!
La couleur des roses leur vient de tes joues !
Beau comme Joseph, tu es tel un rameau portant un soleil !
Qu’est donc la lumière de l’astre dans la nuit
Devant la clarté de ton front qui luit ?
Et que sont les Pleïades devant les perles de ta bouche ?
Ô désir de mon âme, l’absence a trop duré
Plus une seule rencontre, même pas une promesse
Quelle infortune et quel destin cruel !
Ne vois-tu pas ma jeune gazelle
Que ma souffrance est évidente ?
Toi si proche de mon cœur et pourtant interdite
En toi, tous les charmes sont réunis !
(...)

7. Mezmoum : touwayyarî mesrâr
Mon petit oiseau au charme secret
N’accepte point la tyrannie.
Bec d’or et gorge vermeille,
Il chante haut et clair.
Aux convives il tient souvent compagnie.
Mais un coup d’aile et le voilà parti,
Délaissant nos demeures désertes ;
Çà et là, il s’en va quêter son bonheur,
Puis sur ma main, revient se poser :
“ tant que durera la vie,
nul autre que moi ne sera ton ami ”.

Choix des textes et traductions: Saadane Benbabaali
Sauf pour yâ qalbî khalli al-hâl.
liens sur la poésie andalouse :
1. http://adabarabiqadim.blogspot.com/search/label/musique%20andalouse
2. http://litterature.arabe.adab.over-blog.com/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article